www.mairie-lelamentin.com > Commémoration de la tuerie du 24 mars 1961

Entrez un mot-clé
Rechercher
Toute notre actu
Newsletter

Pour recevoir notre newsletter, cliquez ici
Nos brochures
   



Toutes les infos pratiques


Menu des cantines

 
Guide en ligne des droits et démarches administratives


  L'actualité dans le monde
 

Tous les numéros
pratiques
 

Espace numérique du Lamentin

 

Vigilance météorologique
Sondage
Quels types d'information recherchez vous sur le site ?
une adresse
un dossier d'actualité
une délibération
une documentation
une autre info

Voter
Tout en images

Commémoration de la tuerie du 24 mars 1961

Manifestation du souvenir gratuite et ouverte à tous, l'Office de la Culture propose sur deux jours vendredi 22 et dimanche 24 mars de revenir sur cet évènement important de l'histoire du monde ouvrier au Lamentin et en Martinique.
 
Un peu d'histoire... Un an après les émeutes de décembre 1959 qui avaient fait 3 morts et de nombreux blessés à Fort-de-France, c'est au Lamentin que le 24 mars 1961, trois martiniquais sont tués et plus d'une vingtaine blessés par les balles des mitraillettes des forces de répression coloniale française. Il faut rappeler que cette période était celle de la décolonisation surtout en Afrique où nombre de pays sous domination coloniale française accèdent à l'indépendance. C'est la période où courageusement, les algériens luttent les armes à la main pour recouvrer leur souveraineté.
Le pouvoir colonial a peur que la Martinique aussi ne s'émancipe de cette tutelle coloniale. D'autant que la revendication nationale commence à s'exprimer ici et dans l'émigration.

Histoire du mouvement ouvrier

Ainsi a-t-il pris l'ordonnance d'octobre 1960 visant à museler ceux qu'il considère comme dangereux pour son système, qu'il va appliquer à Dufond, Guitteaud, Mauvois, Nicolas,...
En mars 1961, les ouvriers agricoles étaient en grève pour réclamer des augmentations de salaire, ainsi que des améliorations de leurs conditions de travail et de paiement des salaires. Ce 24 mars, comme à l'habitude les travailleurs se rassemblent au bourg du Lamentin, qui était à l'époque un centre important de culture de canne et de production de sucre. Ils allaient aussi d'habitation en habitation pour convaincre les ouvriers de suivre le mouvement.
En début de soirée alors que les syndicalistes qui avaient été conduits à Fort-de-France étaient de retour vers le Lamentin, les gardes mobiles postés près de l'église, sans que rien ne le justifie, décident de tirer sans sommation sur la foule formée essentiellement de personnes sortant de la prière du carême à l'église.
Tous ceux qui sont tombés ont été atteints de balles dans le dos, car ils s'éloignaient de l'église pour rejoindre leur domicile. On a compté 3 morts : Marie-Calixte, Laurencine et Valide. Il s'agit d'un véritable massacre perpétré par ceux qui ne voulaient tolérer aucune résistance face à la féroce exploitation capitaliste exercée par les békés, aucune contestation du totalitarisme colonial en vigueur, qui voulaient faire peur à la population pour qu'elle ne revendique pas.
Dans le discours prononcé lors des obsèques des victimes, « sur trois tombes » Georges Gratinant , maire communiste du Lamentin, fustigea le comportement des autorités coloniales, ainsi que la férocité de la répression contre des ouvriers qui réclamaient du pain et à qui on a donné du plomb. Pour ce discours, il a été poursuivi par le gouvernement français et frappé de suspension de ses fonctions par la justice coloniale à son service.
 
Cette commémoration est organisée parce qu'il est bon de se rappeler cet épisode de l'histoire du mouvement ouvrier, cette triste page de l'histoire martiniquaise, trop souvent ignorée. C'est une manière de faire connaître à nos enfants ce que furent les luttes menées par les travailleurs martiniquais.

Au programme

+ Vendredi 22 mars 2013
- 19h : en plein air sur la place André Aliker, projection du documentaire « la tuerie du 24 mars 1961 » (production des jeunes de la cellule comme chez soi) et débat
Projection du film  « Aliker » de Guy Deslauriers et danses avec le groupe Flè Bambou du Morne Pitault
+ Dimanche 24 mars 2013
- 9h : dépôt de gerbe au cimetière
- 18h : départ de la place aliker jusqu'à la rue du 24 mars avec les associations de la ville et les « kon lanbi » de Watabwi. Arrêt devant le centre culturel du bourg. Danse de la coupe de la canne avec Sakitanou et les danseurs de Trass'la (danmyé)
- 19h : rue Hardy de Saint Omer. Dépôt de gerbe au niveau de la plaque du 24 mars. Prise de paroles avec Dédé Duguet (pawol la grèv), Kod Yanm La et Sael
Réalisé et hébergé par Web et Solutions avec OASIS 2009