Sarrault a retrouvé son école

Depuis le 22 février, les élèves et la communauté éducative de l’école primaire de Sarrault ont repris possession de leur établissement après six mois de chantier (préparation et travaux) dû à une détection d’amiante.

Il faut remonter à septembre 2020… Dans le cadre de travaux de peinture à l’école primaire de Sarrault, la ville du Lamentin avait procédé à une détection d’amiante comme l’impose la réglementation en vigueur avant tout début de chantier. Le rapport final sur cette détection reçu le 1er septembre 2020 a conclu à la production de particules d’amiante.

Ne souhaitant pas exposer la communauté scolaire à ce risque, Le Maire David Zobda avait alors immédiatement pris la décision de fermer l’établissement. Dans la foulée, il informait les parents d’élèves du dispositif de continuité de l’enseignement mis en place en accord avec la communauté éducative.

Ainsi, les élèves de l’école primaire ont donc été transférés vers le groupe Pierre Zobda-Quitman à Césaire et ceux des petites classes vers la maternelle de la Plaine de Petit-Manoir. Deux établissements dans lesquels les enfants ont suivi leurs cours jusqu’en début février, à la sortie des vacances du carnaval.

Travaux de sécurisation
Lors de la réunion d’information de septembre 2020, Le Maire avait annoncé à la communauté scolaire son intention de tout faire pour que l’école de Sarrault soit de nouveau opérationnelle après les vacances du carnaval. Ce qu’il a d’ailleurs confirmé aux parents au cours d’une autre réunion le 21 janvier dernier.

Après 5 mois de travaux de sécurisation et de remise aux normes pour un montant de 261 000 euros, l’école a d’abord rouvert ses portes lundi 22 février aux personnels pour ensuite recevoir les écoliers dans l’après-midi.

« Je suis très satisfaite du travail accompli. Les élèves, leurs parents et toute l’équipe éducative ainsi que le personnel sont ravis » a dit la directrice Sandra Ladislas. « L’école est belle, il y a de belles couleurs. Je tiens à remercier tout le personnel chargé de réaménagement, car le maximum a été fait en deux de jours. »

Dès la reprise, la garderie et la cantine étaient de nouveau assurées et l’école est aussi redevenu comme c’était le cas auparavant un centre d’accueil de loisirs.